VETEMENTS DE TRAVAIL DU FUTUR


Depuis la révolution industrielle qui a débuté au milieu du 18 ème siècle, jusqu’à nos jours, le vêtement de travail n’a cessé d’évoluer afin de répondre aux exigences de sécurité, de confort, de qualité et également à celles de la législation qui évolue constamment. En effet, cette nouvelle façon de travailler va amorcer et susciter le besoin de concevoir et fabriquer des vêtements destinés à protéger des risques liés à l’exercice de certains métiers. Les chaudronniers et les soudeurs devront porter des pantalons et des vestes de travail anti-feux contre les projections incandescentes et les flammes des fournaux, les assembleurs de pièces à la chaine dans le secteur automobile par exemple porteront des chaussures de sécurité et des gants de protection, le port du casque deviendra peu à peu obligatoire sur les chantiers de construction.
Des inventions comme le casque antibruit, les bouchons d'oreille, les genouillères, les ceintures lombaires et les masques respiratoires prémuniront notamment de certaines maladies professionnelles.

Au 19ème siècle, la couleur bleue représentait largement les ouvriers qui travaillaient à l’usine ce qui donnera par la suite naissance au terme “ bleu de travail “ encore très utilisé aujourd’hui.
Toutes ces indications et différentes formes d’utilisation démontreront bien à quel point le vêtement professionnel est devenu incontournable depuis sa création.

Les premiers vêtements destinés au travail étaient fabriqués en 100 % Coton, tissu lourd et épais, offrant des propriétés intéressantes telle que la résistance aux agressions et aux lavages soutenus. Ils étaient conçus de façon large et ample pour un confort optimal. Excepté la présence de la fameuse poche mètre, toujours d’actualité, l’habillement professionnel était des plus sommaire. Aujourd'hui les fabricants ont optés pour des tissus plus légers comme le Polyester ou autres fibre synthétiques, facilement lavables mais qui ne protègent pas forcément du feu comme le fait le si bien le coton et un style de confection plus actuel et tendance, pour séduire le plus grand nombre.
Aujourd’hui, le vêtement professionnel permet à de nombreux secteurs d’activité de se démarquer les uns des autres afin de répondre aux exigences de chaque profession et professionnel, sans pour autant négliger l’image de marque de l’entreprise, et la valorisation des collaborateurs.
De nombreux laboratoires travaillent d’arrache pied sur le futur du vêtement professionnel et son devenir, dans le but d’offrir des fonctionnalités autres que la sécurité au travail. Ces vêtements bénéficieront des toutes dernières technologies et des tout derniers matériaux qui leur donneront un look moderne, discret, et passe-partout.
Ils seront connectés aux Smartphones, GPS et autres appareils électroniques, ils seront plus léger et résistant aux chocs, aux déchirures, à l’abrasion et aux brûlures,. Ils s'auto-régénèreront et seront certainement plus respectueux de l’environnement. Il pourront être mécaniques ou bio-électriques telle la vision proposée par le réalisateur du fameux blockbuster Retour Vers le Futur dans lequel chaussures et blousons s’adaptent et se lacent toutes seules avec la fonction séchage !

Dans le futur, le vêtement de travail devrait avoir encore un très bel avenir pour les fabricants visionnaires qui expriment clairement leur volonté de rentrer dans le troisième millénaire afin de satisfaire toujours et encore les utilisateurs les plus exigeants. Des spécialistes travaillent chaque année sur l’amélioration de fibres textiles offrant plus, d’imperméabilité, plus d’aisance, plus de confort tout en supprimant les contraintes telles que l’électrostatique, la froissabilité et la fragilité.

La nanotechnologie permettra bientôt d’enter dans une nouvelle ère où le vêtement professionnel ne servira pas qu’ à se protéger ou se vêtir mais il sera intelligent et pourra notamment purifier l’air, recharger des batteries, masser, mesurer ou encore surveiller votre métabolisme.

Enfin, quelques start-up développent des vêtements aux fibres bio-sourcées en relais des matériaux synthétiques actuellement très utilisées. Ces nouvelles matières biologiques, pour l’instant encore chers à produire, pourraient à terme remplacer les tissus les moins respectueux de l’environnement. De nouveaux services de recyclage de vêtements de travail devraient également voir le jour pour réduire l’empreinte écologique de ce secteur qui représente plusieurs milliards de Dollars.